déc 9, 2013
quantique
Commentaires fermés

Joël Sternheimer « Langage musical du vivant »

Le physicien Joël Sternheimer estime que la science moderne violente la nature quand, pour tenter de la comprendre, elle la casse en morceaux. Abordant le monde d’une façon à la fois plus synthétique et plus esthétique, le savant, qui est aussi un artiste, a découvert des lois révolutionnaires au cœur de la matière et de la vie. Des lois de résonance harmonique, qui prouvent – scientifiquement – que la musique peut influencer l’épanouissement des êtres vivants.
De l’expression de notre ADN découlent des
successions d’ondes spécifiques lors de la
synthèse des protéines. Les transpositions de
ces ondes dans la zone des fréquences audibles
ont des propriétés particulières, tant mélodiques
qu’harmoniques et rythmiques. Issues des
recherches de Joël Sternheimer en physique
théorique, ces transpositions d’ondes sont nommées Protéodies. Elles découlent de la nécessaire réintégration du sujet dans la science.
Face aux enjeux auxquels notre civilisation se trouve confrontée, un changement de paradigme apparaît nécessaire et les protéodies illustrent de manière concrète un tel changement dans la manière dont nous concevons nos relations et dont nous les vivons. Relations avec l’autre, relations avec soi, relations avec nos cellules et molécules, relations avec la matière.
un changement de paradigme apparaît nécessaire
Jean-Marie BAUMIER, élève de Joël Sternheimer et formateur en Génodique, propose une explication originale, à la croisée des sciences physiques, biologiques et musicales, et montre comment le dialogue avec nos molécules peut permettre de répondre à des problématiques de vie comme peuvent l’être les syndromes
la musique peut influencer l’épanouissement des êtres vivants.

dépressifs. La réaction subjective à l’écoute d’une protéodie est une notion essentielle, qui devient un critère de choix, de diagnostic et de résolution.
Nous verrons aussi les applications directes qui peuvent être réalisées : • Solutions substitutives aux traitements dans l’agriculture,
• Perspectives chez l’homme et les animaux.
Joël Sternheimer est un chercheur, docteur en physique théorique, diplômé de l’Université de Princeton (où il rencontra Oppenheimer). Il fut entres autres conseiller scientifique pour la Cité des Sciences et de l’Industrie, lauréat du prix Philips en 1999 et détenteur d’un brevet sur la stimulation de la croissance des plantes par des séquences musicales. Ses recherches controversées portent sur la mise en évidence d’une relation entre la synthèse des protéines et des règles d’ordre musical, relation observée lors de l’accrochage des acides aminés sur leur ARN de trasnfert. Ces fréquences d’accrochage seraient transposables dans la bande audible via une batterie de calculs quantiques faisant intervenir des équivalences d’échelles, encore appelées ondes d’échelles. Il serait alors possible de stimuler ou d’inhiber le taux de synthèse d’une protéine par une suites de notes correspondant à cette protéine. Ces courtes séquences « mélodiques » ou « protéodies » (contraction de protéine et mélodie) seraient une ‘proto-musique’ intérieure à la cellule vivante, contrôlables, ou plutôt reconnaissables par le sujet écoutant.
Docteur en physique théorique (3e cycle) (Lyon, 1966).
Licencié ès sciences mathématiques (Paris, 1964).
Diplômé d’études supérieures de math. approfondies (Paris, 1964). Lauréat “Ettore Majorana scholarship” 1966 (Erice, Sicile). Graduate alumnus *67 de l’Université de Princeton (U. S. A.). Titulaire des brevets n° FR 83 02122, FR 92 06765 et extensions. Lauréat du prix Philips 1999.
Tel est le “CV” de Joël Sternheimer plus connu des vinylmaniaques sous le nomd’Évariste…
Jusqu’en 1967: il était étudiant et chercheur aux universités de Lyon, Paris et Princeton; publications, doctorat sur les particules élémentaires.
Par la suite, grâce à l’apport financier généré par ses activités artistiques, il redevient le chercheur Joël Sternheimer.
En tant que chercheur indépendant il a notamment travaillé sur la théorie révolutionnaire de la stimulation des plante