juin 11, 2014
quantique
Commentaires fermés

Raphaël Colicci et Pierre Rabhi

Toute notre évolution depuis le néolithique est lié à notre comportement alimentaire. En devenant sédentaire, l’homme va s’enraciner en un lieu, cultiver la terre en sélectionnant au fil du temps des céréales, des légumes, des arbres, en élevant des animaux et ainsi créer son biotope dans sa biodiversité.

Ce bien commun de l’humanité avec l’industrialisation et la mondialisation va très vite se dégrader. Aujourd’hui, nous avons perdu plus de 60% du capital végétal et animal. Ce patrimoine vivant et résistant aux maladies faisant partie de notre écosystème a disparu. Les méthodes de culture intensive ont  violé les lois de la vie fondamentale du sol, de l’eau et de l’air. L’homme s’est déconnecté de la Terre mère. Il est sorti des règles fondamentales de la nature dans laquelle il puisait son énergie et son art de vivre.

La cellule cancéreuse, elle aussi, est devenue anormale et se met en mutation.

Cette réalité est elle réversible ?quel est le message ?

Cette situation, que ce soit pour le cancer ou la destruction de la planète, nous crée une obligation de changement. Quels actes devons-nous poser ?

 

Redonnons à la terre sa fonction nourricière et sa part de Sacré. Cultivons notre terre avec une grande attention à restaurer la vie du sol. Il doit être capable de se régénérer pour mieux nous nourrir et renforcer nos défenses immunitaires.

Cette alimentation vivante nous permet d’élever notre conscience, d’être en émerveillement devant la nature, de nous rapprocher des rythmes qui régissent la Terre pour être en harmonie avec les astres et les saisons , d’être en fait plus fort face à la maladie .On sait que huit ans  en moyenne séparent les premières cellules cancéreuses et ses manifestations cliniques . Il nous appartient de changer ce processus en intégrant dans notre nourriture des aliments riches en antioxydants et éviter ceux qui oxydent nos cellules. Renouer avec la nature, c’est se libérer du stress et  réduire les attaques de radicaux libres. Réapprenons les choses simples de la vie. Allons vers la souveraineté alimentaire. Faisons en sorte que la puissance et la beauté de la Terre s’occupe de nos cellules.